Under Construction
Country Sector Sovereign / Non-Sovereign Title Commitment in UA Status Signature Date
Multinational Power Sovereign Multinational - Nigeria-Niger-Benin-Burkina Faso Power Interconnection Project 36,500,000 Implementation
Djibouti Power Sovereign Djibouti – Geothermal Exploration Project in the Lake Assal Region 10,740,000 Implementation
Multinational Power Sovereign Multinational - Projet d’interconnexion électrique Cameroun- Tchad (composante Tchad) 27,500,000 Implementation
Madagascar Power Sovereign Madagascar - Etude de faisabilité du projet de renforcement et d'interconnexion des réseaux de transport d'énergie électrique 1,000,000 Implementation
Multinational Power Sovereign Multinational - 225KV Guinea-Mali Electricity Interconnection Project 30,000,000 Implementation
Multinational Power Sovereign Multinational - 225KV Guinea-Mali Electricity Interconnection Project 30,000,000 Implementation
Mali Power Sovereign Mali - Mini Hydropower Plants and Related Distribution Networks Development Project (PDM-Hydro) 20,000,000 Implementation

CASE STUDY

10 Oct 2018

Les banques de développement multilatérales consacrent moins de 2% des budgets aux solutions clés d'accès à l'énergie

Country
South Africa
Tags
Energy Access
Les banques de développement multilatérales consacrent moins de 2% des budgets aux solutions clés d'accès à l'énergie

Les banques multilatérales de développement (BMD), institutions financées par les contribuables et chargées d'aider à mettre fin à la pauvreté dans le monde, ne progressent toujours pas assez vite pour renforcer leur soutien aux solutions énergétiques qui atteindraient le plus rapidement possible les plus pauvres du monde, conclut un nouveau rapport de Oil Change International.

Le rapport a été publié aujourd’hui, alors que la Conférence sur le changement climatique et le développement de la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique se tient à Nairobi.

Un milliard de personnes dans le monde n'ont pas accès à l'électricité et près de trois milliards dépendent toujours de combustibles solides polluants tels que le bois ou le charbon de bois pour la cuisson. Pour relever ce défi, les objectifs de développement durable ont pour objectif de fournir un accès universel à l'énergie d'ici 2030.

Cependant, alors que les banques multilatérales de développement ont approuvé cet objectif, ce nouveau rapport, intitulé "Réduire l'accès à l'énergie: rapport d'étape sur le financement des banques de développement multilatérales", montre qu'entre 2014 et 2017, les banques de développement ne consacraient que 2% de leur financement énergétique et les solutions énergétiques de mini-réseau qui constituent les moyens les plus efficaces de combler le déficit d’accès à l’électricité.

Selon l'Agence internationale de l'énergie, pour parvenir à un accès universel à l'électricité d'ici 2030, les solutions hors réseau et les mini-réseaux représenteraient plus des deux tiers des investissements supplémentaires dans la fourniture d'électricité.

Au contraire, le financement des BMD pour les solutions énergétiques hors réseau et mini-réseau a considérablement diminué de 2016 à 2017, indique le rapport.

Le soutien à la cuisson propre a encore pire: seulement 1,6% des financements de MDB Energy ont soutenu des solutions de cuisson propre, selon l'analyse publiée aujourd'hui.

«Nous avons besoin de banques de développement multilatérales pour financer les solutions énergétiques pouvant atteindre les plus pauvres le plus rapidement possible. Ils ne devraient pas continuer à injecter de l'argent dans des projets liés aux énergies fossiles, dont peu ont un lien clair avec l'accès à l'énergie. Les solutions hors réseau et mini-réseau devraient constituer un élément central des projets de ces institutions, en particulier dans les régions où les taux d’accès à l’énergie sont les plus faibles, y compris en Afrique », a déclaré Thuli Makama, conseiller principal pour l’Afrique chez Oil Change International.

«Les bonnes intentions ne fourniront pas d’accès à l’énergie et de solutions de cuisson propres aux milliards de personnes qui souffrent sans elles aujourd’hui», a déclaré Alex Doukas, directeur de programme à Oil Change International.

«Si les banques de développement multilatérales ne consacrent que 2% de leur financement énergétique aux solutions d’accès à l’énergie les plus nécessaires, il n’ya guère d’espoir de réaliser l’objectif mondial de l’accès universel à l’énergie d’ici 2030».

Les institutions évaluées dans le rapport incluent le Groupe de la Banque mondiale, la Banque africaine de développement, la Banque asiatique de développement, la Banque interaméricaine de développement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement.

Sur les milliards de dollars que les BMD continuent de consacrer aux combustibles fossiles, l’analyse a montré que seuls 9% contenaient des éléments favorables à l’accès des pauvres à l’énergie.

Certaines banques multilatérales de développement ont affirmé qu'elles faisaient plus pour faire progresser les objectifs d'accès à l'énergie que ne le suggèrent les chiffres. Toutefois, comme le note le rapport, ces institutions ne suivent pas le financement de l'accès à l'énergie ou des objectifs d'accès à l'énergie de manière cohérente et harmonisée, ce qui rend difficile l'évaluation des demandes d'indemnisation relatives au financement de leur accès à l'énergie.

L'analyse met en évidence quelques points positifs: sur les financements limités des BMD destinés à améliorer l'accès des pauvres à l'énergie, près des deux tiers sont allés à des pays comptant le plus grand nombre de personnes sans accès; près de la moitié de ces financements étant destinés à l’Afrique subsaharienne, la région qui compte la plus grande partie de la population mondiale sans accès à l’énergie.

Le rapport note également que, contrairement aux autres BMD, la BAD a défini des objectifs quantitatifs pour l'accès à l'énergie et suit les nouvelles connexions entre énergie hors réseau et accès des ménages à une cuisson propre dans son cadre de mesure des résultats.

Le rapport recommande aux BMD (i) d’affecter au moins la moitié de leur financement énergétique à des projets axés sur l’amélioration de l’accès à l’énergie des pauvres et / ou des zones rurales; (ii) soutenir les solutions distribuées d'énergie renouvelable et de cuisson propre afin que ces solutions reçoivent au moins un tiers du financement total de l'énergie par la BMD; et (iii) fixer des objectifs clairs pour l'accès à l'énergie et suivre collectivement le financement de l'accès à l'énergie et ses résultats.

Ajouter un commentaire